Randonnée seul: conseils et astuces
  1. Accueil
  2. >>
  3. Activités
  4. >>
  5. Randonnée
  6. >>
  7. Randonnée seul: conseils et...

L’Homme est un animal sociable. Il est tout à fait naturel de partager des expériences avec un groupe plus ou moins élargi.

Malgré tout, il a parfois besoin de se retrouver et cela passe par des moments de solitude. Je pense que rien n’est plus efficace en la matière que s’isoler pendant un moment plus ou moins long dans la nature, et de marcher vers une destination connue ou inconnue.

Il vous appartient de décider quand et comment vous ressourcer de façon solitaire. Que vous randonniez seul, avec quelques amis ou avec un grand groupe, il y a des implications potentielles pour lesquelles vous devez être préparé.

Les avantages de la randonnée seul

Il est difficile de faire une liste exhaustive des bienfaits de la randonnée en solo tant ceux-ci sont nombreux. Je vais essayer de lister ceux qui me viennent à l’esprit, les plus importants selon moi:

  • Développement personnel: Explorez la nature seul est un moment privilégié pour s’adonner à l’introspection, et faire le point sur soi-même sans être pollué par les interférences extérieures. Le relâchement de la pression renforce ce sentiment de bien-être et de repos, qui permet de s’extirper du tumulte quotidien et de se retrouver.
  • Formation: Lorsque vous faites partie d’un groupe, il est tentant de se reposer sur les compétences des autres pour trouver votre chemin, cuisiner, assurer votre sécurité et prendre toutes les décisions difficiles. Seul en randonnée, vous ne pouvez compter que sur vous-même. Cela veut dire que vous devez apprendre et vous former avant de partir.
  • Rythme: Un groupe ne se déplace qu’à la vitesse de son membre le plus lent. Cela signifie que tout le monde va plus vite ou plus lentement qu’il ne le souhaiterait. Un randonneur solo se déplace aussi vite qu’il le souhaite et peut modifier son rythme quand il le souhaite.
  • Flexibilité: Les modifications de votre rythme, de votre lieu de bivouac, de votre itinéraire, de vos pauses et de tout ce qui a trait à la randonnée peuvent être effectuées à votre guise. Pas besoin de demander l’avis des autres. Lorsque vous modifiez votre itinéraire, il est important d’informer quelqu’un de vos nouveaux plans, au cas où vous auriez besoin d’être trouvé.
  • Dépassement de soi: Lancez vous des défis pour marcher plus vite, plus loin ou plus longtemps que d’habitude. Prenez des sentiers plus difficiles, dans des conditions météorologiques inconfortables et des environnements difficiles.
  • Affrontez vos peurs: Beaucoup d’entre nous ont des peurs qui ont peu de fondement. Que vous ayez peur des animaux sauvages, des hauteurs, de l’obscurité, des tempêtes, d’être seul ou autre, une randonnée en solo peut vous aider à surmonter ces peurs.
  • Rencontrez la nature: Quand vous faites de la randonnée avec un groupe, en particulier des jeunes, il n’y a pas beaucoup d’espoir de voir les animaux sauvages. La plupart des animaux sauvages ont peur de l’homme (même les ours!) et le bruit et l’odeur les feront fuir sans que vous n’ayez pu voir le bout d’une queue. Faites une courte randonnée tôt le matin et vous verrez ou entendrez déjà plus les animaux. Imaginez donc une randonnée plus en immersion.
    La nature ne demande qu’à être observée. Un groupe ne vous laissera pas le temps de vous asseoir et regarder les fleurs, les papillons, les cascades, les nuages, les traces d’animaux ou les feuilles qui tombent des arbres. Seul, c’est une autre histoire qui vous attend, pleine de découvertes et de magie.
  • Responsabilité: Un randonneur, qu’il soit seul ou en groupe, doit être responsable. Responsable veut dire qu’il faut minimiser son impact sur les sentiers et la nature: savoir vivre avec l’essentiel uniquement, respecter les autres, ne laisser aucune trace.

Problèmes de la randonnée en solo

Randonner seul présente certains désagréments potentiels que vous devez avoir à l’esprit:

  • Solitude: La solitude et l’isolement, s’ils sont les gros avantages de la randonnée en solo, en sont aussi les plus gros inconvénients. Beaucoup de ceux qui partent seuls en grande randonnée ne parviennent pas à terminer, non pas à cause d’une blessure, d’une mauvaise préparation ou d’un incident, mais le plus souvent à cause de la solitude. Certains ne supportent simplement pas d’être seuls sur une longue période. Il est fondamental de savoir comment vous allez réagir à la solitude et de vous préparer à l’affronter. Aimez-vous déjà être seul pendant des jours? Un bouquin vous gardera-t-il sain d’esprit? Ou autre chose?
    La solitude en randonnée n’a rien à voir avec celle que vous pouvez expérimenter en appartement. Sur le sentier, il n’y a pas les bruits de la ville, de trafic de fond ou autre bruit blanc qui vous permet de savoir que vous êtes dans la civilisation.
  • Déprime: Un partenaire peut vous encourager et vous soutenir lorsque vous vous sentez déprimé, fatigué ou grincheux. Mais seul face à vous même, un mauvais blues peut vite vous ramener chez vous. Solitude et déprime sont vraiment les ennemis de la randonnée seul.
  • Poids du sac à dos: Personne n’est là pour partager la charge de vos équipements de randonnée. Tout est sur vos épaules. Mais si vous préparez bien votre sac à dos et ne le remplissez pas de choses superflues, il ne devrait pas trop peser. Votre tente, votre popote, votre gourde filtrante, votre trousse de premiers soins et vos carte et boussole… ne prenez que l’essentiel.

Les dangers de la randonnée seul

Que ce soit seul ou non, il y a de réels dangers à être dans la nature. Être prêt à y faire face est de votre responsabilité lorsque vous partez:

  • Se perdre: Se perdre en randonnée arrive, et c’est un problème que les randonneurs en solo connaissent bien. Et ne comptez sur personne pour vous aider, à moins que vous ne croisiez quelqu’un à ce moment précis. Apprenez à lire une carte topographique, à utiliser une boussole ou un gps de randonnée. Ne comptez pas que sur votre smartphone, dont la batterie peut vous lâchez ou que vous pouvez malencontreusement laisser tomber du haut d’une falaise. Une carte topographique et une boussole sont INDISPENSABLES. Et même avec les connaissances en orientation et les bons outils, la nature peut vous jouer des tours. C’est le moment de dire STOP: S’arrêter, Trouver, Observez, Plan.
  • Les humains: Les attaques humaines sont un problème potentiel, en particulier pour les randonneuses seules. Plus vous vous rapprochez des zones peuplées, plus vous rencontrerez probablement un cinglé. Soyez amical mais pas trop ouvert.e aux personnes que vous rencontrez. Donnez l’impression que votre partenaire de randonnée n’est pas loin. Restez vigilant.e
  • Les animaux: Il peut arriver que vous croisiez des animaux sauvages en chemin. Dans la très grande majorité des cas, ils fuiront avant que vous n’ayez le temps de dire ouf. Un animal n’attaque que si il se sent en danger, lui ou sa progéniture.
    Les attaques de gros animaux, comme l’ours, ou le loup, sont extrêmement rares. Si vous faites de la randonnée dans leur habitat, dans les Pyrénées pour l’ours, ou dans les Alpes pour le loup, prenez le temps de vous renseigner sur leur comportement et comment vous devez réagir si vous en croisez un (il y a peu de chances). Vous avez plus de chances de vous faire charger par un taureau que par un ours.

    Vous serez probablement plus dérangé par des insectes, des rongeurs ou éventuellement par un rampant. Les moustiques peuvent ruiner votre randonnée. Il faut éviter de marcher à l’aube et au crépuscule, porter des vêtements appropriés, voire utiliser un insectifuge. Faites attentions aux ruches et ne vous aventurez pas trop près.
  • La météo: Vent, pluie, neige, foudre, soleil, inondation, chutes de pierres, chute d’arbres, feux de forêt, tremblement de terre… des événements naturels peuvent vite devenir des catastrophes. Il est important de rappeler qu’il faut se renseigner sur les conditions météorologiques avant de partir en randonnée. Évidemment vous devez avoir des vêtements et des équipements appropriés, je pense à une tente parfaitement imperméable.
    Vous ne pouvez pas faire grand chose quand un orage survient, si ce n’est vous mettre à l’abri (et pas dans votre tente).
  • Les blessures: Même bien préparé physiquement, une blessure est vite arrivée en randonnée. Tant que vous marchez sur un sentier bien entretenu, le risque est minime. Mais vous pouvez facilement vous tordre la cheville sur une portion sinueuse. Vous pouvez également vous blesser en cuisinant. Vous devez avoir une trousse de secours dans votre sac. Et avoir des connaissances en premiers secours est un plus, un gros plus.

Conseils et astuces pour la randonnée en solo

Voici quelques conseils pour que vous puissiez profiter de votre randonnée seul pleinement et qu’elle ne se transforme pas en cauchemar.

  • Soyez réaliste quant à vos capacités. Si vous n’êtes pas au point physiquement, si vous doutez sur votre capacité à accepter la solitude, si vous n’avez pas les équipements adéquats, remettez à plus tard ou contentez-vous de la randonnée en groupe.
  • Rendez votre randonnée AMUSANTE et SPÉCIALE. Prévoyez des petits plaisirs qui vous réconforteront ou qui vous donneront un coup de boost et vous emmèneront plus loin. Cela peut être de la nourriture, ça peut être aussi de la musique (bien que je ne conseille pas d’avoir un casque ou des écouteurs sur vos oreilles en permanence).
  • Renseignez-vous sur la région où vous ferez de la randonnée. Recherchez les les sentiers et les itinéraires. Informez-vous sur la topologie, le dénivelé, les points d’eau etc. Et consultez la météo.
  • Restez sur les sentiers balisés. C’est la meilleure façon de ne pas vous perdre, d’être secouru si besoin, et d’avoir un impact minimal sur l’environnement.
  • Montez en puissance. Faites d’abord de courtes randonnées, d’une demie journée par exemple, puis augmentez la distance petit à petit. Vous pourrez bientôt faire une randonnée d’un week-end avec hébergement, puis en autonomie (c’est à dire dormir en tente). Vous pourrez ensuite imaginer partir sur des grandes randonnées ou des treks plus exigeants.
  • Ayez confiance en vous. Mais ne devenez pas arrogant. L’arrogance est une attitude de supériorité tandis que la confiance en soi est la foi que vous agirez de la bonne manière parce que vous êtes prêt. Une bonne préparation, la lecture de forum, des bons équipements, une bonne paire de chaussures vous aideront à prendre confiance dans vos capacités.
  • Pensez à des scénarios “que faire si”. Que faire si il pleut, que faire si je me perds, que faire si une vache me regarde de travers, que faire si ma bretelle de sac à dos casse etc. Anticipez les problèmes et préparez les solutions.
  • Faites un programme détaillé de votre randonnée: l’itinéraire, la durée, les étapes, besoins alimentaires, points d’eau. Plus la randonnée est longue, plus le programme doit être détaillé.
  • Donnez ce programme à un membre de votre famille ou à un ami.
  • Sachez vous situer dans le temps et dans l’espace. Il est important d’avoir une idée d’où vous êtes et de l’heure sans pour autant avoir à sortir votre carte ou votre montre. Cela veut dire que vous devez savoir vous fier au soleil, aux points géographiques remarquables. Vous pourrez ainsi savoir si vous dévier de votre itinéraire, si il y a un abri ou une forêt à proximité en cas de pluie intense par exemple. Et cela veut aussi dire que vous savez lorsque vous vous approchez d’une zone un peu plus périlleuse, un dénivelé important à venir, une grosse descente…
    Vous devez également être capable de lire une carte et d’utiliser une boussole. Encore une fois ce sont des accessoires indispensables, et pas cher.
  • Consultez les blogs et carnets de randonnée pour avoir un retour d’expérience des randonneurs qui ont emprunté le même sentier.
  • Utiliser une balise de positionnement si vous partez vraiment à l’aventure.
Auteur

Auteur

Fab

Passionné de rando et de développement durable
Trouver le nord sans boussole, rien de plus simple!

Trouver le nord sans boussole, rien de plus simple!

Imaginons un instant que vous partiez en randonnée à la journée ou en grande randonnée, en autonomie. Vous êtes parti avec un smartphone et une carte, mais n’avez pas de boussole. C’est évidemment lorsque vous êtes en pleine forêt que votre...