Acheter un VTT d’occasion: le guide ultime

  1. Accueil
  2. >>
  3. VTT
  4. >>
  5. Acheter un VTT d’occasion:...

Un bon VTT c’est cher, parfois plus cher que votre vieille voiture. Nous parlons de milliers d’euros, de 2000€ à 10000€ pour les plus chers.

Comme pour l’achat d’une voiture, de très bonnes affaires se trouvent sur le marché de l’occasion. Il y a de fortes chances qu’un VTT que vous convoitez depuis plus de 2 ans soit maintenant sur le marché de l’occasion à un prix considérablement réduit.

Il est parfois tentant de céder aux sirènes marketing lors de la sortie d’un nouveau modèle, mais la patience a de grandes vertus qui peuvent se concrétiser en monnaie sonnante et trébuchante.

Un VTT perd beaucoup de sa valeur dès qu’il sort du magasin, et celle-ci diminue encore au fil du temps. Alors, si vous pouvez passer sur le fait qu’il a déjà été utilisé et qu’il ne sent plus le neuf, l’achat d’occasion est un excellent choix.

En général, lorsque vous achetez un VTT d’occasion, vous êtes quasi sûr de ne pas vous tromper de modèle. Vous avez certainement effectué de nombreuses recherches et trouvé des informations importantes ainsi que des commentaires éclairés.

Se dire que vous allez acheter d’occasion n’est que la première étape, la deuxième est la recherche de la bonne affaire, et ça se complique un peu.

Une fois que vous avez trouvé le VTT, il convient de prendre rendez-vous avec le vendeur et d’aller voir le VTT par vous-même. Une inspection visuelle minutieuse et un essai complet sont essentiels pour juger de la qualité du vélo.

Voici donc un guide aussi complet que possible pour acheter un VTT d’occasion sans se tromper.

Déterminez le type de VTT que vous souhaitez acquérir

Si vous êtes un débutant en VTT, informez-vous un minimum sur les types de VTT. Comme pour tout, vous devez savoir ce que vous voulez, quel VTT vous souhaitez acheter.

Si vous vous plantez sur une paire de chaussures, vous vous en remettrez. C’est un autre problème pour le VTT dont certains types sont exclusifs. Évidemment vous pouvez rouler tranquille avec n’importe quel vélo, il vous emmènera là où vous voulez. 

Mais dès que vous sortez des sentiers battus c’est une autre histoire. Un VTT mal choisi sera inconfortable voire impraticable. Enduro, all mountain, trail, DH… Ces dénominations ont un sens et impliquent des spécificités techniques qui vont bien au-delà de simples slogans marketing. 

Au rang des meilleures marques de VTT, on compte Cannondale, Trek, Santa Cruz, Giant, Lapierre et d’autres. Les marques espagnoles valent aussi le coup d’œil.

Bien sûr, vous devez également tenir compte de votre budget, vous voudrez peut-être un VTT haut de gamme tel le Cannondale Scalpel, mais vous ne pourrez peut-être pas vous permettre son prix de 4000€ d’occasion. Soit vous économiserez, soit vous jetez votre dévolu sur un vélo moins cher.

Au rang des spécifications techniques, n’oubliez pas de vérifier:

  • Le type de cadre: le carbone pour la rigidité, l’aluminium pour la descente, alliage pour l’enduro.
  • Les freins: freins à disque pour une conduite plus rapide ou freins sur jante pour une configuration plus légère
  • La taille du cadre: Les tailles de cadre sont calquées sur le modèle anglophone (S, M, L, XL). Si vous êtes une personne de grande taille, prenez une taille de cadre XL entre 58 et 60 centimètres. Un cadre moyen conviendrait à une personne de taille moyenne mesurant jusqu’à 1,75 mètre.
  • La taille des roues: On trouve plus de roues 26 pouces en occasion qu’en neuf. Les roues 27,5 pouces offrent une bonne maniabilité et réactivité quand les roues de 29 pouces offrent plus de stabilité.
  • Les suspensions: un VTT tout suspendu (ou FL pour full suspension) offre une suspension à la fourche et un amortisseur à l’arrière, un semi-rigide ou hardtail n’a qu’une fourche suspendue et un VTT rigide n’a pas de système de suspension.
  • L’âge du vélo: Vous ne voudriez pas quelque chose qui existe depuis trop longtemps à moins que vous ne soyez un collectionneur de vélos. Procurez-vous un vélo d’occasion qui n’a pas plus de trois ans, il ne vous sera donc pas trop difficile d’obtenir ses pièces.

J’ai rédigé un guide spécial débutants qui vous permettra de vous faire une idée des types de VTT et de leurs différences.

Où acheter

Vos collègues riders peuvent vous donner des pistes pour dénicher le parfait VTT. Peut-être même qu’un ami d’un ami vend son VTT pour acheter un modèle plus récent.

Vous pouvez évidemment aller voir votre vélociste préféré. Il arrive que les magasins de vélo vendent non seulement des vélos neufs, mais aussi des vélos d’occasion, qui, je suppose, ont été sélectionnés pour une vente rapide. Vous aurez donc des modèles vérifiés voire garantis.

Vous aurez un conseil professionnel en prime. Certes le VTT sera peut-être un peu plus cher que sur un site d’annonces mais vous y gagnez en service et garantie.

Je sais qu’internet fourmille d’annonces, mais n’hésitez pas à regarder les petites annonces dans votre journal local, ou sur les journaux d’annonces. Certains professionnels n’hésitent pas à payer pour une annonce lorsqu’ils sont sûrs de la qualité de leur produit.

Les sites de vente de VTT d’occasion sont nombreux, et la perle rare s’y trouve forcément. Les sites de vélos d’occasion les plus connus sont Trocvélo et Culture vélo. Au rayon des sites généralistes, Leboncoin est incontournable.

Et puis je jetterais un œil au Facebook Market Place, et pourquoi pas à Ebay.

Faites bien attention aux annonces aguicheuses qui cachent souvent des arnaques, en particulier sur Leboncoin ou Facebook. Certaines images sont trop belles pour être vraies.

A l’inverse, n’excluez pas trop rapidement une annonce parce que la photo n’est pas très belle. Certains vendeurs ne passent pas souvent d’annonces en ligne et ne sont pas forcément des experts en photographie.

Trouver le bon VTT d’occasion sur internet est une entreprise longue et fastidieuse. Prenez le temps qu’il faut, ne vous jetez pas sur le premier vélo potable venu.

Un bon moyen d’éviter une arnaque est de vérifier l’identité du vendeur et sa réputation en ligne, en lisant les commentaires d’acheteurs par exemple ou en cherchant son nom sur google si il l’a affiché sur l’annonce.

Un nouveau vendeur, cependant, qui aura forcément moins de commentaires, peut être légitime. Mais vous devez toujours faire preuve de prudence. Quoiqu’il arrive, ne payez jamais d’avance avant d’avoir vu et essayé le VTT.

Pour ceux qui vendent sur Facebook, vérifiez leurs statistiques, leurs amis, leurs commentaires pour se faire une idée de la personne qui vend le vélo d’occasion. S’ils ont un numéro de téléphone affiché, mieux vaut les appeler. 

Voici les questions essentielles qu’il faut poser au vendeur:

  • Pourquoi vendez-vous votre vélo?
  • Où et quand avez-vous acheté votre VTT?
  • Êtes-vous le premier propriétaire?
  • À quelle fréquence l’avez-vous utilisé et où?
  • Comment avez-vous fait l’entretien?
  • Une ou des pièces du vélo ont-elles été remplacées?
  • Y a-t-il une partie du vélo qui ne fonctionne pas?
  • Dans quel état est la chaîne?
  • Quelle est la taille du cadre du vélo?
  • Les roues sont-elles en bon état?
  • Les freins sont-ils bons?

En interrogeant le vendeur sur l’état de la chaîne, l’objectif est de se faire une idée de l’état de l’ensemble de la transmission.

À propos de la taille du cadre, vous saurez rapidement si cela vaut la peine de continuer et d’aller voir le VTT, surtout si le vendeur dit qu’il a un grand cadre sans préciser la taille et que vous mesurez 1,80 mètre. Même dans ce cas, prenez tout ce qui vous est dit avec des pincettes jusqu’à ce que vous voyiez le VTT en personne.

S’il s’agit d’un bon vendeur, il devrait être en mesure de répondre à vos questions de manière claire et confiante, sinon, coupez court aux échanges et ne perdez pas votre temps.

L’achat d’un VTT d’occasion

Le site tuvalum.com promet un achat 100% garanti avec des vélos vérifiés par un mécanicien et un remboursement intégral par le site si le vélo ne correspond pas à l’annonce du vendeur. Dont acte.

Quoi qu’il en soit, faites une liste de toutes les annonces qui vous intéressent. Rendez-vous sur les sites des fabricants pour vérifier le prix neuf.

Faites-le pour toutes les annonces, vous saurez ainsi laquelle vous propose le meilleur deal.

Ce n’est évidemment pas le seul facteur déterminant pour votre achat, mais cela vous aidera à faire un tri supplémentaire pour obtenir une shortlist et à connaître le prix juste. 

Il est important de se sentir en confiance avec une annonce, et le prix est un facteur important. En voici d’autres à ne pas omettre.

Voyez les VTT par vous-même

Une fois que vous avez réduit votre liste à environ 3 vélos, prenez rendez-vous avec les vendeurs pour voir les VTT, chez eux.

Évitez une rencontre dans un endroit à mi-chemin entre chez vous et chez lui. C’est une façon de vous sécuriser et de pouvoir réagir en cas de problème après la vente.

Vérifiez que le vélo n’est pas volé. Il existe depuis le 1er janvier 2021 un fichier obligatoire d’identification des vélos neufs. Les vendeurs de vélos doivent obligatoirement inscrire tout vélo neuf sur le Fnuci (fichier national d’identification unique des cycles identifiés). Les premiers vélos d’occasion arriveront bientôt sur le marché et seront donc forcément marqués.

Vous pouvez donc demander au vendeur où se trouve le numéro d’identification si le vélo a été acheté en 2021, ce numéro peut être gravé ou se trouver sur une plaque ou un autocollant.

Vous pouvez également demander une facture d’achat au nom du vendeur pour un vélo plus ancien.

Inspectez le cadre du vélo

C’est peut-être la première chose que vous examinerez lors de votre rendez-vous pour voir le vélo.

C’est le composant du VTT le plus cher. Si le cadre est bien abîmé, passez votre chemin.

Effectuez une inspection minutieuse du VTT et repérez les fissures sur le cadre. Si il y en a, ce n’est pas la peine d’aller plus loin.

Vous devez néanmoins vous rappeler que vous achetez un article d’occasion, alors attendez-vous à ce qu’il puisse y avoir quelques coups ici et là, mais il ne doit rien y avoir qui affecte de manière majeure sa fonctionnalité et sa durée de vie.

Le bas du cadre est plus susceptible d’avoir des impacts de cailloux ou des raillures. La présence de protections peut être un signe que le propriétaire a fait attention à sa monture. 

Si ce sont des protections en mousse, retirez-les pour voir ce qui se cache dessous. Certains petits malins posent des protections avant la vente pour cacher des défauts. Si la protection est autocollante ou a un aspect neuf, méfiez-vous fortement!

Examinez les soudures car ce sont de très bons indicateurs de qualité. Elles auront généralement l’air très propres et bien fini. Regardez les soudures des tubes supérieur et inférieur car ce sont celles qui lâchent les premières.

Si les soudures sont rouillées ou fissurées, n’achetez surtout pas.

Vérifiez la peinture

Évidemment, la peinture n’aura pas l’éclat d’un vélo neuf, à moins que vous n’ayez trouvé quelqu’un qui revend un cadeau ou une erreur d’achat.

Malgré tout, la peinture doit être dans un bon état général et ne pas avoir trop de rayures. La base est souvent un endroit exposé aux éraflures. Vérifiez s’il y a des dommages visibles.

Encore une fois, retirez les protections sur les tubes, haubans, fourche, partout ou il y en a.

Testez les suspensions

Les VTT ont différents modèles de fourches suspendues, ces tubes télescopiques équipées d’un ressort intérieur.

Une fourche de VTT doit être entretenue périodiquement. Elle doit être nettoyée et lubrifiée régulièrement pour éviter que de la saleté ne s’incruste et pour qu’elle ne s’use prématurément, en particulier au niveau des plongeurs.

Il faut également que l’huile soit vidangée environ toutes les 50 heures.

Examinez donc attentivement la fourche et les joints (joints spi), ainsi que les autres pièces telles que le tube de direction, le blocage, les capuchons etc.

Les fourreaux ont souvent des rayures et c’est normal, mais cela doit être dans la limite du raisonnable. Par contre, les plongeurs doivent être parfaitement propres. Si la fourche a une protection, elle doit être en bon état et propre, en particulier au niveau des joints.

Il faut également tester la fourche et l’intégrité des ressorts. Les suspensions doivent absorber les chocs et garder les roues collées au sol.

Lors de l’essai, poussez sur la fourche et freinez. La suspension doit s’enfoncer de manière souple et sans à-coups. Dosez le freinage, si le VTT freine brusquement, il y a un souci. Profitez-en pour vérifier l’usure des plaquettes et des disques.

Vous pouvez également retirer la roue avant pour avoir plusieurs angles de vue sur la fourche.

Encore une fois, appuyez sur le frein et secouez véritablement le vélo pour voir si un mouvement se produit et si ce mouvement est limpide. Il ne doit pas y avoir de jeu dans la fourche, vous ne devez rien ressentir dans les avant bras.

Soyez attentif à la réactivité de la fourche et au rebond. Si quelque chose vous gêne, il sera peut-être possible de régler la fourche plus tard.

Par contre, je vous déconseille de tester de façon trop intensive le vélo car tout dommage causé pendant l’essai et les éventuelles réparations vous incombent!

Les roues ne doivent pas être voilées

N’hésitez pas à démonter les roues. Ce sont des objets dynamiques qui interagissent avec d’autres composants pour répartir les forces en roulant.

Lorsqu’elles ont été négligées, elles perdent leur équilibre et créent des points de tension sur différents endroits de leur structure.

Jetez un œil aux roulements, faites tourner les roues pour vérifier qu’il n’y a pas de bruit bizarre.

La roue doit tourner librement, sans résistance ou à coup, sans bruit. Mettez vous face à la roue. Elle ne doit pas donner l’impression de vibrer visuellement lorsqu’elle tourne. Un vacillement de gauche à droite est souvent le symptôme d’une roue voilée (tordue).

Les freins doivent être usés de façon uniforme

Un disque de frein de bonne qualité est fait pour durer. Ce n’est pas pour autant qu’il est éternel. Faites tourner la roue et regardez bien le disque qui passe entre les étriers. Il doit passer sans résistance. Vous pouvez poser le doigt dessus pour avoir un ressenti au toucher.

N’oubliez pas de vérifier l’usure des plaquettes. Il doit rester une bonne couche de garniture, qui varie selon les marques, mais l’épaisseur doit en général être d’au moins 1,5mm. Sinon, il faut les changer. Vous verrez rapidement si le vendeur à roulé avec des plaquettes usées à l’examen visuel du disque qui sera bien rayé.

Les freins sont soit mécaniques (avec un câble), soit hydrauliques (liquide mis sous pression). Quoi qu’il en soit, le freinage doit être fluide. Vous devez pouvoir freiner avec un doigt (l’index) et imprimer la puissance de freinage que vous souhaitez sans forcer. Les leviers ne doivent ni être trop durs, ni être trop souples (air dans le circuit).

Des freins hydrauliques doivent être purgés périodiquement. En effet, de petites bulles d’air se forment avec le temps et diminuent l’efficacité du freinage. Il faut donc les sortir du circuit hydraulique en purgeant les freins.

Si le vendeur ne sait pas ce qu’est une purge de freins, posez-vous des questions. Cela signifie qu’il n’a pas fait d’entretien périodique sur son vélo de manière générale.

La transmission doit être fluide

La transmission est un circuit fermé qui permet au vélo de transférer la puissance du coup de pédale dans les roues pour avancer. 

Elle se compose du ou des plateau, de la cassette, de la chaîne, des manivelles, de manettes de changement de vitesse et de dérailleurs. Le changement de vitesse est fondamental pour obtenir des performances.

Vous pouvez arrêter net la visite si vous constatez un défaut dans la transmission. Si la chaîne est usée, les plateaux et la cassette le sont probablement de la même manière.

Les dents des pignons ressemblent à des embouts de tournevis plat posés sur un cône. Si vous constatez qu’elles ont une forme d’aileron de requin, elles sont usées. Avec des dents usées, vous aurez de mauvais passages de vitesse et des sauts de chaîne fréquents.

Or le remplacement des éléments de la transmission coûte un bon budget. Ne passez donc pas sur l’examen visuel et mécanique des différentes pièces.

En ce qui concerne l’usure de la chaîne, il faut vérifier qu’elle n’est pas trop détendue. Une chaîne dure entre 4000 et 5000 kilomètres, au-delà, elle finit par s’allonger et certains maillons peuvent même rompre.

Vous pouvez parfois vous en rendre compte à l’œil nu, mais ce n’est pas toujours gagné.

Vous pouvez tester l’allongement d’une chaîne avec un testeur spécial. Je vous explique comment faire dans cet article spécial saut de chaîne.

Passez également le doigt sur la chaîne quand elle tourne. Et oui, il faut souvent mettre les mains dans le cambouis pour éviter les mauvaises surprises. Au toucher, vous sentirez des à-coups, d’éventuels maillons bloquées, toute différence notable et anormale.

Lorsque vous faites un essai, gardez vos oreilles ouvertes et soyez attentif à tout son inhabituel venant de la chaîne, des dérailleurs avant et arrière, ainsi que du boîtier de pédalier.

Un bruit anormal, ou qui vous semble anormal, indique souvent un problème.

Faites vous confiance, votre instinct ne se trompera pas.

Un peu de jeu peut indiquer des écrous desserrés, un bon coup de clé et c’est reparti. Mais tout mouvement anormal latéral, notamment au niveau du boîtier de pédalier, n’est pas bon signe.

N’oubliez pas les manettes de changement de vitesse, les câbles et les gaines. Vérifier l’alignement des dérailleurs, en particulier à l’avant. Le dérailleur peut être déréglé, ou le plateau tordu, ainsi que la cage de chaîne!

Les roulements et axes doivent être libres

Il se peut que les roues ne tournent pas correctement et qu’un léger décalage se produise à chaque tour. Un décalage d’un millimètre par intermittence et se produisant dans différentes zones à chaque révolution indique que les roulements sont très probablement usés.

Qui dit roulements usés dit changement de moyeux voire changement de roue. Là encore, la somme à dépenser n’est pas neutre.

Idem pour la direction. Tournez le guidon de gauche à droite et écoutez le bruit pour voir si la tête de fourche pivote correctement dans le tube de direction. Un claquement indique un problème. Vérifiez que la tête de fourche n’a pas été raccourcie (coupée).

Attardez vous sur le boîtier de pédalier. Faites tourner les manivelles. Si le boîtier est bien graissé, tout devrait tourner sans accroc. 

La tige de selle ne doit pas être trop courte

Il faut vérifier que la tige de selle n’a pas été coupée, et que la selle peut être réglée à votre taille. Sortez-la du cadre. Remettez-la et réglez la à votre hauteur. Le tube doit rentrer d’au moins 10 centimètres dans le cadre. Moins et vous risquez de plier les deux.

Là encore il ne doit y avoir aucun jeu et la selle doit rester en position.

Si il s’agit d’une selle télescopique, dont la position peut être modifiée par l’action sur un levier, il faut que le câble soit bien libre et que le levier fonctionne correctement.

Faites un essai si possible sur sentier

N’achetez jamais un VTT d’occasion sans l’avoir testé en conditions réelles au préalable.

Partez au moins 10 bonnes minutes pour voir par vous-même comment le vélo fonctionne, ne vous contentez pas d’un examen visuel.

C’est lorsque vous êtes sur la route qu’il faut tendre l’oreille pour détecter les bruits anormaux. Rendez-vous donc sur une route bien lisse, ou le goudron a été récemment refait, ou bien sur un parking de supermarché.

Puis essayez de trouver un sentier à proximité, sur lequel vous pourrez vous mettre en danseuse et tester les suspensions, les roues, le cadre.

Attention à ne pas endommager le vélo, vous êtes responsable dès que vous le prenez en main jusqu’au moment où vous le ramenez. Le vendeur vous demandera certainement une pièce d’identité avant d’enfourcher le VTT.

Obtenir le meilleur prix

Certains défauts sont rédhibitoires: cadre fissuré, bruits dans les roulements et axes, tête de fourche coupée etc. D’autres par contre peuvent vous permettre de faire descendre le prix si vous pensez pouvoir les corriger par la suite.

Essayez d’évaluer le coût des réparations ou de l’entretien par un professionnel, même si vous prévoyez de le faire par vous même. Déduisez le coût du prix de vente, pas de quartier.

Ne soyez pas timide. Le vendeur à quoi qu’il arrive imaginé une marge de négociation. Si il refuse de descendre le prix à ce que vous souhaitez offrir passez votre chemin. Si vous souhaitez vraiment acquérir ce VTT en particulier, faites comme bon vous semble.

Mais si vous avez les bons arguments et lui démontrez que vous aurez à dépenser de l’argent après l’achat, il y a de fortes chances qu’il accepte une offre raisonnable.

En ce qui me concerne, je n’achète jamais si je n’obtiens pas ce que je veux. Il y a beaucoup d’autres VTT sur le marché et d’autres vendeurs seront heureux d’accepter votre argent.

Si vous négociez bien, vous aurez également un budget disponible pour d’éventuelles améliorations.

Conclusion

Ne prenez pas l’achat d’un VTT d’occasion à la légère. Le prix de vente peut être conséquent, mais les dépenses à suivre également.

Et ne jetez pas votre dévolu sur le premier VTT potable que vous voyez. C’est le meilleur moyen de payer le prix fort.

Auteur

Auteur

Fab

Passionné de rando et de développement durable
Comment gonfler une valve presta (avec et sans adaptateur)

Comment gonfler une valve presta (avec et sans adaptateur)

Imaginez la situation: vous êtes sur votre VTT sur le chemin d’un sentier avec un ami, vous discutez, l’excitation monte. Vous vous rendez alors compte que la pression de votre roue arrière est basse. Vous n’êtes pas encore sur la boue, mais c’est...

4 marques espagnoles de VTT qui méritent le coup d’œil

4 marques espagnoles de VTT qui méritent le coup d’œil

Les marques de VTT espagnols sont prisées de nos jours, et certaines n’ont rien à envier aux plus grands acteurs du marché. Vous avez forcément déjà croisé un VTT espagnol. Orbea est peut-être la marque la plus connue, mais d’autres plus jeunes,...