VTT ou gravel, que le match commence!

On peut penser ce que l’on veut du gravel, coup marketing ou idée de génie, ce vélo s’est fait une place de choix dans le paysage du cyclisme français. VTT comme gravel sont des vélos polyvalents, qui bougent tous 2 le curseur du tout terrain.

“VTT ou gravel, mon coeur balance”. C’est ce que beaucoup de personnes qui envisagent un achat pensent, et cela se comprend. Un VTT fait peu de compromis sur sentier accidenté mais peut montrer ses limites sur terrain plus plat. Le gravel quant à lui est intransigeant sur chemins et sentiers, mais n’aime pas les montées les plus exigeantes.

Ce ne sont pas les seuls facteurs qui peuvent faire pencher la balance, et il y a de quoi se perdre. Vous voulez un vélo complet qui puisse éventuellement vous servir en ville, mais qui soit implacable en tout terrain, en montée comme en descente.

VTT ou gravel, il n’y a pas de vérité absolue. Cependant, un VTT semi-rigide est le vélo le plus polyvalent. Il est le mieux adapté pour gérer un large éventail de conditions et peut être facilement modifié pour améliorer ses performances terrain plat ou sur gravier.

Petit tour d’horizon des points forts des deux vélos. VTT ou gravel, que le match commence!

Le VTT aime les conditions difficiles

Même lorsque vous vous en tenez aux chemins et sentiers gravillonnés, à la terre, les conditions peuvent parfois devenir velues pendant ou après des intempéries. Un VTT aura un net avantage sur un gravel grâce à sa fourche à suspension et ses pneus plus gros .

Qu’il s’agisse de passer des nids-de-poule ou de franchir des obstacles (racines ou rochers), une suspension avant bien réglée peut faire toute la différence.

Il en va de même pour les pneus plus gros. Leur taille leur permet de rouler sur des obstacles tout en évitant les crevaisons.

Les pneus de VTT ont également une bande de roulement plus grande qui offre une meilleure adhérence dans des conditions humides ou boueuses.

Un VTT est polyvalent

Les VTT, en particulier les semirigides, sont très polyvalents. Ils passent facilement d’un terrain à l’autre, de la route au chemin, du chemin à la piste, du plat au dénivelé.

Vous pouvez bloquer la fourche pour les portions de plat ou sur goudron pour vos déplacements en ville.

Sur piste, il suffit de débloquer votre fourche en tournant la molette. Le gravel vous emmènera au début de la piste, mais sur une vraie singletrack, il ne fait pas le poids.

A vrai dire, vous risquez de crever et de devoir rentrer à pied.

Le gravel offre plus de positions de conduite

Cela vient principalement du fait que le gravel est équipé d’un guidon de route. Ce type de guidon ouvre un large éventail de placements pour les mains qui permet de prendre facilement une position plus ou moins aérodynamique ou de se relâcher si besoin. 

Sur de longues randonnées de plusieurs heures, le pilote peut donc changer fréquemment de position pour obtenir un confort optimal.

En comparaison, un VTT à un guidon large avec un cintre plat. Cela veut dire que le rider a une position de conduite plus relevée et que le vélo est extrêmement maniable. Mais sur de longues distances, la position peut devenir fatigante. Vous pouvez déplacer vos mains sur la largeur mais votre position générale reste la même tout le temps.

Un guidon de vélo de course vous permet de changer facilement de position et d’éviter des douleurs dans vos bras et vos mains. Et point important, vous pouvez obtenir une position très aérodynamique.

Le gravel est beaucoup plus aérodynamique

Les VTT sont conçus pour maximiser la capacité du cycliste à voir son environnement et à réagir aux situations. Une position plus relevée est donc privilégiée.

Même en DH (descente), un vététiste aura des passages sinueux à vitesse réduite. L’aérodynamisme est donc moins important que la maniabilité.

La situation est un peu différente sur gravier ou sur piste large et roulante où le gravel dévoile tout son potentiel de vitesse, avec notamment sa position aérodynamique. 

Au fur et à mesure que la vitesse augmente, le besoin d’un profil aérodynamique augmente également. Au contraire, à VTT, vous dépasserez rarement 40 ou 50 km/h en descente, autant dire que vous n’aurez pas besoin de vous coucher sur le vélo. Par contre, en gravel, sur route ou sur chemin, vous pouvez atteindre des vitesses considérables bien au-delà des 50 km/h grâce à une position aérodynamique.

En VTT, vous aurez 5000 grammes de traînée aérodynamique pour seulement 3500 grammes en gravel, et tout cela simplement grâce à la position plus couchée sur le vélo réduisant d’autant la surface de résistance.

La plage de vitesses est plus limitée à VTT

La plupart des VTT du marché sont mono plateau. Le mono plateau est très populaire pour des raisons de gain de poids et d’entretien plus simple.

La plage de vitesse est donc uniquement déterminée par la taille de la cassette. Les cassettes sont souvent en 1×10, 1×11, et 1×12. Avec des dentures 11-42T, 10-42T et 10-50T.

Les VTT ont donc des passages de vitesses plus dynamiques, ce qui serait moins utiles sur un gravel ou il est plus question de tempo.

Et lorsque vous atteignez des vitesses élevées dans les descentes à VTT, vous pouvez également ne pas avoir assez de vitesses pour maximiser votre vitesse.

Cela veut dire que vous pédalez à une cadence très élevée qui ne produit pas d’effet sur votre vitesse. Vous perdez la connexion avec votre VTT, comme si vous pédaliez dans le vide à une vitesse effrénée. Le risque est de perdre en stabilité.

Les pneus de VTT sont moins adaptés à la route

De gros pneus sont un véritable avantage en tout terrain. Mais sur route, gravier, ou chemin de terre, c’est une autre histoire. La largeur accrue et la bande de roulement large créent plus de résistance au roulement.

Les pneus de gravel ont moins de résistance au roulement et sont donc plus efficaces dès que vous roulez sur un terrain moins sinueux.

Vous pouvez trouver un bon compromis pour votre VTT, nous le verrons plus bas

Un VTT est plus lourd qu’un gravel

La cadre d’un VTT est extrêmement solide. Et même tout carbone, un VTT est généralement plus lourd qu’un gravel, surtout lorsqu’on parle de VTT semi-rigide ou de tout suspendu pour lesquels les suspensions représentent un poids non négligeable.

En VTT, le poids n’est pas le plus gros souci lorsque vous faites de la descente ou de l’enduro. Par contre, en cross country, c’est un point qu’il ne faut pas négliger.

Un gravel est plus léger et prend l’avantage sur ses terrains de prédilection, la route, le gravier et pistes de terre peu accidentées.

Comment obtenir plus de son VTT

Vous vous dîtes peut-être maintenant qu’un VTT n’est pas la meilleure solution pour une utilisation généraliste. La plupart d’entre nous ne peuvent pas se permettre d’avoir un VTT et un gravel.

Mais vous pouvez améliorer votre VTT et en faire un vélo plus complet, alors que vous ne pourrez jamais obtenir d’un gravel qu’il soit aussi performant qu’un VTT en singletrack.

  1. Choisir le bon VTT: Un hardtail de 29 pouces sera le plus proche d’un gravel, tout en offrant les avantages d’un vrai VTT. Vous pouvez vous tourner vers un semi rigide voire un tout suspendu à condition de pouvoir bloquer les suspensions, et accessoirement d’accepter le poids et le prix supplémentaires.
  2. Une configuration 2X: Vous aurez une plage de vitesse plus grande avec une augmentation de poids minime
  3. Des pneus plus étroits: L’idée est de réduire la résistance au roulement. Moins la bande de roulement est large, moins la résistance est forte. Cela peut même valoir la peine d’avoir deux jeux de roues si vous n’allez pas souvent sur piste.
  4. Des embouts de cintre: Des embouts de cintre ou “bar ends” vous permettent d’avoir la possibilité d’avoir une position un peu plus aérodynamique sur votre VTT. Vous avez également plus de confort pour vos mains et pouvez éviter de trop stresser votre dos.
  5. Un guidon plus étroit: En général, les guidons de VTT mesurent 760mm à 780mm. Pour les puristes, 800mm est la taille idéale sur les pistes. Mais on trouve des guidons beaucoup plus étroits, et vous pouvez trouver un bon compromis avec un guidon de 730mm par exemple.

Conclusion: VTT ou gravel

Le choix n’est pas simple et il est difficile de tirer une conclusion générale et définitive. Cependant, je penche pour le VTT et plus particulièrement un semi rigide. Un VTT semi rigide est un vélo beaucoup plus polyvalent dont certaines limitations peuvent être levées par quelques améliorations faciles.

Évidemment, si vous n’envisagez pas de faire de l’enduro ou de la descente, mais au contraire de rouler pour vos déplacements personnels et de temps en temps sortir des sentiers battus, le gravel est peut-être fait pour vous.

Auteur

Auteur

Fab

Passionné de rando et de développement durable
4 marques espagnoles de VTT qui méritent le coup d’œil

4 marques espagnoles de VTT qui méritent le coup d’œil

Les marques de VTT espagnols sont prisées de nos jours, et certaines n’ont rien à envier aux plus grands acteurs du marché. Vous avez forcément déjà croisé un VTT espagnol. Orbea est peut-être la marque la plus connue, mais d’autres plus jeunes, sont également bien...

Giant est-elle une bonne marque?

Giant est-elle une bonne marque?

Beaucoup de marques de VTT disponibles sur le marché ont une solide réputation et s'il y en a une qui fait parler d’elle, c'est Giant. Certains considèrent Giant comme une marque trop grand public. Pourtant, certains modèles sont extrêmement pointus...