Kayak en hiver, tout ce qu’il ce qu’il faut savoir pour faire du kayak par temps froid
  1. Accueil
  2. >>
  3. Activités
  4. >>
  5. Canoë-kayak
  6. >>
  7. Kayak en hiver, tout...

Pour une grande partie des kayakistes (et de la communauté des sports nautiques) l’arrivée de l’automne, et finalement de l’hiver, signale la fin des réjouissances et le début d’une période d’hibernation. 

Même pour des créatures aussi robustes avec un moral en acier trempé que nous les humains, la pensée de l’eau froide, les températures de l’air froides, la pluie, le gel et la neige empêchent la plupart des gens d’entrer dans l’eau à cette période de l’année.

Et pourtant, l’hiver peut être la meilleure période pour se mettre à l’eau. La période est plus calme avec moins de monde et les conditions sont souvent plus propices, en particulier si vous appréciez le vent et les vagues

Et il y a de fortes chances que vous appréciez encore plus une excellente boisson chaude (ou pas) au retour près d’un feu de cheminée (ou d’un radiateur).

Si vous envisagez de faire du kayak cet hiver, il y a quelques éléments à prendre en compte. 

Que faut-il garder en tête pour faire du kayak en hiver en toute sécurité? Il faut d’abord connaître ses limites et celles de son équipement. Ensuite, il faut s’habiller pour faire face aux conditions, porter un casque. Enfin, assurez-vous que tout votre équipement est en bon état.

Voici donc mes quelques conseils pour le kayak en hiver.

Soyez conscient de vos limites

Pas la peine de tourner autour du pot, l’hiver est le moment où les conditions sont les plus difficiles pour une activité sur l’eau, en particulier la mer.

Peu importe que votre étendue d’eau soit un lac ou un étang,  ou que vous ayez la chance de vivre en bord de mer, les conditions hivernales seront rudes et votre spot de kayak auparavant serein et tranquille changera son visage de manière significative.

Imaginez la scène: le soleil brille, la température est fraîche mais supportable, et vous avez du temps libre. En arrivant à votre plage préférée, vous trouvez une mer relativement calme avec de jolies vagues qui viennent lécher le sable et la brise vous saisit. D’autres kayakistes sont déjà sur le coup et il vous prend une envie irrépressible de les rejoindre. 

Posez-vous d’abord cette question avant de vous lancer dans les grandes manœuvres: “Suis-je à la hauteur? Mes compétences de kayakiste sont-elles adaptées aux conditions proposées?”

Soyez honnête avec vous-même. Si la réponse est non, ne sortez pas. Il est préférable d’éviter une situation potentiellement mortelle et d’attendre que les conditions s’améliorent un peu. 

Remettre sa sortie à un autre jour est le meilleur plan d’attaque, connaître vos limites et être raisonnable évitera à la SNSM une sortie périlleuse.

Connaissez les limites de votre équipement

Vous pourriez être le meilleur pagayeur du monde, intrépide dans votre chasse à la plus grosse vague, ou de rapides en eau vive. Mais si votre équipement n’est pas en mesure de s’attaquer aux plus gros défis, il ne sert à rien d’essayer de forcer le problème. 

Si vous n’avez accès qu’à un kayak de plaisance, vous ne pourrez pas apprivoiser la mer ou l’océan, en particulier l’hiver. Pas de “oui mais” possible.

Les kayaks Sit on Top (SOT) sont parfaitement capables de faire face aux vagues et aux remous, mais ils ont une limite au-delà de laquelle certains défis sont insurmontables. 

Il serait dommage de causer un accident avec un autre kayakiste, ou pire encore, d’avoir un accident seul. Tout comme vous devez savoir vous jauger et rester raisonnable, il est préférable de rester à quai et d’attendre une journée meilleure, plus adaptée à l’équipement que vous possédez.

Portez des vêtements de kayaks adaptés à l’hiver

Selon l’environnement dans lequel vous prévoyez de pagayer, vous devrez porter les vêtements appropriés pour vous garder au chaud et, dans certains cas, vous offrir une protection adéquate contre des éléments extérieurs tels que les rochers.

Si vous envisagez de vous lancer dans les vagues, alors votre tenue d’été ne fera à coup sûr pas l’affaire en hiver. La température de l’eau en France est très variable selon les régions, mais elle baisse considérablement après octobre. Rien que pour cela, vous aurez besoin d’une bonne combinaison d’hiver.

Le risque d’hypothermie rapide est très grand si vous tombez à l’eau et que vous n’êtes pas habillé correctement.

Attention, cela ne signifie pas que ceux qui portent une combinaison ne peuvent pas être sujets à l’hypothermie. Celle-ci survient simplement plus lentement.

L’hypothermie engourdit vos mains, et des mains engourdies sont juste inutiles. Vous ne pouvez vous secourir ou secourir un autre kayakiste en détresse.

Et l’hypothermie engourdit également votre cerveau. Vous n’avez plus la même capacité de réflexion et prendrez certainement les mauvaises décisions pour vous sortir d’affaire.

C’est plus sage de reporter…

Concrètement, cela veut dire qu’il faut adapter ce que vous portez à la température de l’eau.

Une combinaison en néoprène est un classique ultra efficace. Si vous tombez à l’eau, elle laisse entrer une fine couche d’eau entre votre corps et la combinaison elle-même. Votre corps réchauffe l’eau et vous permet de garder une température correcte pendant un moment. Vous aurez peut-être besoin de chaussons et gants en néoprène si la combinaison n’en a pas.

Une autre solution pour les climats plus froids est une combinaison complètement étanche. Vous avez des ouvertures ou endroits clés (poignets, chevilles, cou) pour faire sortir l’eau qui se serait infiltrée. Portez des sous-vêtements longs en dessous, en matière synthétique ou en laine, surtout pas en coton. C’est la protection ultime.

Les combinaisons étanches ne sont pas conseillées pour jouer dans les vagues, car elles ont tendance à gonfler avec de l’air et à vous transformer en une bouée flottante. Ce n’est pas idéal si vous avez besoin de rentrer dans la vague.

Enfin, pour des conditions plus clémentes, vous pouvez porter des vêtements chauds (toujours en laine ou en matière synthétique), avec en couche extérieur une veste et un pantalon imperméables. C’est surtout valable pour les kayaks “sit inside” car la moitié inférieure de votre corps est protégée de l’eau.

Evidemment, bonnet et gants sont les bienvenus.

Pensez au casque

Les meilleurs spots de kayak d’hiver sont parfois des endroits isolés ou vous risquez fort d’être la seule âme présente. Je vous conseille de ne pas pagayer seul. Essayez toujours d’être à proximité d’un autre kayakiste, ou mieux, sortez à deux.


Mais vous pouvez malgré tout vous retrouver isolé face à un incident. Il peut donc être judicieux de porter un casque, et pas seulement en hiver d’ailleurs. Non seulement vous garderez votre tête au chaud, mais en plus vous serez protégé des chocs. Dans certains cas, il pourrait même vous sauver la vie.

Un choc à la tête est vite arrivé, il se peut même que ce soit votre propre kayak qui vous frappe. Vous pouvez vous retrouver dans une situation désespérée. Pensez donc au casque!

Entretenez votre équipement

À mesure que les conditions deviennent plus difficiles, il est important de vous assurer que votre équipement est en bon état de fonctionnement. 

Éviter les situations potentiellement désastreuses en premier lieu est le moyen de vous assurer de profiter de votre kayak en toute sécurité, même en hiver.

Réparez les dommages causés à votre kayak pendant l’été. Ce serait dommage de passer et de faire le plein de saumure de votre kayak!

Il en va de même pour votre pagaie. Elle doit également être en bon état. Malheureusement, les pagaies s’usent avec le temps. Réparez la vôtre, cela vous évitera d’avoir à utiliser vos mains pour retourner à terre. C’est sérieux, une pagaie fragilisée peut se briser. Votre pagaie est votre moteur, votre gouvernail et le seul moyen vraiment efficace de vous ramener à la maison.

Pour ceux qui aiment emporter avec eux des provisions ou des vêtements de rechange (bien vu), assurez-vous que vos filets ne sont pas troués et que vous pouvez tout sécuriser dans votre kayak. Si vous chavirez et que rien n’est attaché, tout est perdu.

Conclusion

Le kayak en hiver, c’est possible, et beaucoup le font. Il n’y a aucune raison de raccrocher votre pagaie pour presque la moitié de l’année; assurez-vous simplement que vous disposez de l’équipement approprié et que vous avez tout sous contrôle.

Faites en sorte de bien choisir votre jour, c’est important. Soyez prudent et vous vous amuserez sans aucun doute autant sur l’eau qu’en été.

Auteur

Auteur

Fab

Passionné de rando et de développement durable
Trouver le nord sans boussole, rien de plus simple!

Trouver le nord sans boussole, rien de plus simple!

Imaginons un instant que vous partiez en randonnée à la journée ou en grande randonnée, en autonomie. Vous êtes parti avec un smartphone et une carte, mais n’avez pas de boussole. C’est évidemment lorsque vous êtes en pleine forêt que votre...